Les Piles intermédiaires

Le quotidien bordélique d'une traductrice à l'assaut des idées reçues. (Et des portes ouvertes, aussi, parfois.)

ImpÉcr #13
Giallo-photo

Un an, déjà, qu’il est question sur ce blog des sous-titres qui parlent de traduction. L’occasion de remercier les lecteurs sympas qui m’adressent périodiquement des captures d’écran ou me signalent des films et séries intéressants pour cette fascinante saga, je trouve ça éminemment chouette, si si.

Ce mois-ci, c’est Samuel qui m’envoie un vrai roman-photo tiré du film Giallo de Dario Argento (2009). Et voici ce qu’il en dit :

« Giallo », cela veut d’abord dire « jaune », et c’est le surnom des romans policiers en Italie (d’après une collection célèbre). Puis cela a désigné (pour les étrangers) des films d’un genre un peu particulier, policier mais pas seulement (horrifique, pour aller vite). Mario Bava en a été le pionnier, suivi de peu par Argento.

« Giallo », le film, n’est pas un giallo. Il y est pourtant question de jaune… L’histoire : à Turin, un serial killer enlève et tue de belles femmes. Il enlève la soeur de Linda (Emmanuelle Seigner), qui part à sa recherche. Elle contacte l’inspecteur chargé de l’enquête, Enzo Avolfi (Adrien Brody). On lui apprend que la dernière victime du tueur vient d’être retrouvée. Elle est encore vivante (tout juste), mais elle est japonaise et les policiers ne comprennent pas ce qu’elle dit. Avolfi enregistre ses dernières paroles, puis passe à l’étape suivante : il va chez son poissonnier, un Japonais.

Pour la signification de « jaune », voir la suite du film…

Quel teaser ! Bon giallo-photo, et grand merci à Samuel pour cette série d’ImpÉcr à suspens…

Comme décidément, on s’improvise traducteur à tort et à travers, dans les derniers ImpÉcr, le prochain billet de la série sera consacré à un helléniste psychorigide, na d’abord.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Hit Enter