Les Piles intermédiaires

Le quotidien bordélique d'une traductrice à l'assaut des idées reçues. (Et des portes ouvertes, aussi, parfois.)

Question de point de vue

Comme je n’ai guère le temps ces jours-ci (et que j’ai encore un train à prendre), voici juste une mini-réplique repérée en visionnant les doublages allemand, français, italien et espagnol du film de Tarantino Inglourious Basterds (quatre doublages ? ne me demandez pas pourquoi, c’est une longue histoire qui m’occupe déjà depuis un bail, liée à ceci et à cela, notamment).

Contexte : un général britannique souhaite qu’un de ses lieutenants se fasse passer pour un Allemand dans le cadre d’une mission d’espionnage. Il s’assure au préalable de ses compétences linguistiques en lui demandant :

Gen. Fenech : – It says here you speak German fluently?
Lt. Hicox : – Like a Katzenjammer Kid.

Katzenjammer Kid ? Un enfant de gueule de bois ? Que nenni, nous rappelle Wikipedia : inspirés de Max und Moritz (tiens !), les Katzenjammer Kids sont « une série de comic strips publiée dans le « New York Journal » de William Randolph Hearst, (…) scénarisée et illustrée par l’américain d’origine allemande Rudolph Dirks » (en français, c’est Pim, Pam, Poum – je n’avais jamais fait le rapprochement, quelqu’un m’en a parlé récemment et ça a fini par faire tilt (laborieusement) dans ma petite tête…).

Les Katzenjammer Kids, donc, pour le Britannique Hicox tel que le fait parler l’Américain Tarantino. Une famille qui parle anglais avec un fort accent allemand, c’est un peu bizarre s’il s’agit de juger du niveau d’allemand du personnage, mais soit, ne cherchons pas le réalisme dans ce film qui ne l’est pas franchement, réaliste.

Bon, mais alors, comment les différents doublages ont-ils traduit cette réponse du lieutenant Hicox ?

(Car je vois bien que tu trépignes, lecteur impatient de ce blog).

Version italienne : « Come il barone di Munchhausen. »

Bien-bien, on visualise bien le truc…

Version espagnole : « Como Hansel y Gretel. »

OK, ça reste du même ordre…

Version française : « Comme un vrai petit fritz. »

Tout de suite moins sympa, non ? Certes, on peut penser à différents fritz…

… mais en l’occurrence, il s’agit vraisemblablement de ce genre de fritz :

(Source : cet excellent blog consacré aux cartes postales de 14-18)

Nettement plus négatif, donc (Munchhausen et Hansel & Gretel, c’était plutôt chou, quoique caricatural aussi), même si l’expression paraît assez naturelle et franchouillarde pour un film qui se passe dans les années 40 (Bob nous rappelle que le mot est apparu pendant la Première Guerre mondiale).

Last but not least:

Version allemande :
Question : « Hier steht, dass Sie ein wahrer Deutschlandexperte sind. »
Réponse : « Land und Leute sind mir bestens vertaut. »

(Littéralement :
– Je lis ici que vous êtes un véritable expert de l’Allemagne.
– Je connais parfaitement le pays et ses habitants.)

Ah ouais.

Petite déception, tout de même.

Evidemment, le lieutenant aurait l’air un peu con s’il répondait qu’il parle bien allemand alors que dans les faits, il parle de l’allemand de doublage depuis le début de la scène. Mais c’est quand même dommage, non ? En France, on manie sans problème le cliché de la baguette et du béret, par exemple, il y aurait peut-être eu moyen de trouver quelque chose de plus percutant et imagé…

Je te laisse à cette réflexion troublante (quoique dépitée) et te dis à la semaine prochaine, lecteur tarantinophile ou non de ce blog.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Hit Enter