Les Piles intermédiaires

Le quotidien bordélique d'une traductrice à l'assaut des idées reçues. (Et des portes ouvertes, aussi, parfois.)

Mot du jour (1)

J’inaugure une nouvelle catégorie de billets (inauguration s’inscrivant dans le cadre de l’incroyable vitalité qui caractérise ce blog depuis quelque temps, vous n’aurez pas manqué de vous en apercevoir) : celle des « mots nouveaux ».

Parce que bon.

Quand je dis aux gens que je suis traductrice (juste traductrice, pas « traductrice dans l’audiovisuel », car cet intitulé complet amène généralement d’autres questions), ça a tendance à leur inspirer les réflexions suivantes :

« T’es bilingue, alors ? Ah ben non, trilingue, même ! »

« Ouaaaah, mais c’est vachement dur de mémoriser tous les mots ! »

« Bah t’as pas besoin de tous ces dictionnaires, alors. »

Passé le très court moment où mon narcissisme naturel me fait dire que c’est vrai, je fais un métier formidable et qu’il faut être trop doué pour être traducteur, l’exaspération et l’abattement reprennent assez rapidement le dessus.

Donc, une bonne fois pour toutes : non, je ne suis pas bilingue, loin de là. Trilingue, j’en parle même pas. Et non, je n’ai pas mémorisé tous les mots. Et bien sûr que j’ai besoin de tous ces dictionnaires, non mais, zallez pas me sucrer ma biblio, par-dessus le marché !

Même que je rencontre tout le temps des « mots nouveaux ». Le problème, c’est qu’ils ne sont nouveaux que pour moi, évidemment. Mais comme j’ai une mémoire de poisson rouge, ce n’est peut-être pas une mauvaise idée de les noter quelque part. Ici, par exemple. Tiens ben oui, je vais faire ça, dis donc, et inaugurer une nouvelle catégorie de billets.

Nouveau mot du jour, donc (faut pas croire, je ne perds pas le fil de mon billet, mais non mais non) :

nosebleed seat

Contexte : terme croisé sur un forum de langues, rien de bien groovy.

Ce n’est pas : un siège qui saigne du nez.

C’est :

Selon Wiktionary :
A seat high in the back of bleachers, stands, or the balcony at a theater.

You might want to bring binoculars if you will be in the nosebleed seats, so that you can see the action on the stage better.

Selon l’Urban Dictionary :
Nose bleed seats are seats far away and high up on the stands. It comes from the real nose bleeding which occurs at actual high altitudes.

1: Did you see the Metallica concert. I was front row!!!
2: Lucky bastard! I could only afford nose bleed seats.

Wikipedia ajoute :
A common reference to having seats at the upper tiers of a stadium is « sitting in the nosebleed section » or « nosebleed seats. » At the Brooklyn Academy of Music’s Harvey Lichtenstein Theater, the Gallery section is known locally as « nosebleed central. »

Le petit plus culturel de Tatie Les Piles :

Cet article issu de la publication Elizabethan Times nous apprend qu’à l’époque du grand Bill, les spectateurs assis en hauteur dans les théâtres étaient les plus friqués. Comme quoi, tout change.

Sur cette conclusion linguistico-sociologico-philosophique, je vous laisse méditer sur l’inconstance des choses en ce bas monde (trois parties, trois sous-parties, vous avez quatre heures).

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Hit Enter